Il était une fois…

Mardi, novembre 3rd, 2009

Iba Gueye

Poursuivons dans la série Contes avec ceux recueillis auprès des enfants de l’école Sada Maka Sy de Tambacounda, quartier Dépôt (merci à Matthieu et Eric).

Je suis très heureuse de pouvoir les mettre en ligne pour deux raisons. D’abord parce que j’aurais adoré me rendre à Tambacounda mais le temps presse et un avion important atterri bientôt à Bamako !

Heureuse aussi parce que publier ici des contes envoyés par d’autres, c’est ma petite contribution au beau projet d’Iba Gueye.  Souvenez-vous d’Iba Gueye, le conteur de Saint-Louis qui donnait la parole aux enfants.

(suite…)

Causerie nocturne avec Aziz et Yakhya

Jeudi, octobre 29th, 2009

En revenant de chez Valery, Pascal et Sophie qui m’avaient invitée à dîner dans leur belle maison au bout de la digue de Medina Darou, j’ai trouvé assis sur le perron de ciment de l’auberge de jeunesse, Yakhya et Aziz, profitant de la fraîcheur nocturne.

Yakhya, le beau parleur au visage d’enfant, tantôt guide touristique, tantôt technicien pour le festival de Jazz de Saint-Louis. Aziz, le veilleur taciturne au teint caramel qui fait mine de ne pas me voir en égrainant son  misbaha*.

(suite…)

15 h, l’heure du conte

Mercredi, octobre 28th, 2009

Au centre culturel français, à 15 h le mercredi, dans une salle un peu trop sombre*, Iba Gueye racontent des histoires devant plusieurs rangées d’enfants dissipés.

Cette fois, Bouki la hyène a fait un mauvais rêve. La chute de l’histoire m’échappe mais peu importe. Très vite, Iba Gueye laisse l’estrade aux enfants. Il y tient. Pour lui, ces rendez-vous n’ont aucun sens si ils n’apprennent pas à prendre la parole.

(suite…)

Saint-Louis, couleurs fanées du temps passé

Mardi, octobre 27th, 2009

Dans les bras du fleuve Sénégal, l’île de Saint-Louis somnole, mélancolique, bercée par son passé colonial.

Saint-Louis

Ce petit bout de terre, 2 km de long sur une largeur de 300 m, fut le point de départ des expéditions coloniales dès le XVIIème siècle. Siège du gouvernement de l’Afrique occidentale française jusqu’en 1902, Saint-Louis restera capitale du Sénégal et de la Mauritanie colonisés jusqu’à l’indépendance.

(suite…)

Cap vers le nord : Dakar – Saint-Louis

Lundi, octobre 26th, 2009

Gare routière Dakar

Parce qu’il faudra bien atteindre Niamey un jour, j’ai quitté Dakar ce matin, à contrecoeur. Je réalise que le voyage sera ponctué de petites morts. Des villes où l’on prend ses repères et qu’on ne reverra pas de sitôt. Des « au revoir, à bientôt » qui ne se réaliseront pas avant longtemps.

Mais déjà les faubourgs de Dakar laissent place à la terre rouge et sablonneuse piquée du vert des baobabs et la route défilent sous les roues du taxi « 7 places ».

Louga

Je me suis arrêtée à Louga, ville blanche posée sur le sable. Je n’en ai vu que quelques rues avant de m’engouffrer dans la pénombre rafraichissante du salon de Youssou Mbargane Mbaye, conseiller municipal, vice-président de l’Association des communicateurs traditionnels. Et griot, forcément.

Gare routière LougaAprès un long entretien, nouveau taxi 7 places. Direction Saint-Louis. Mais les passagers manquaient et il a fallu attendre une heure que la voiture soit pleine (soit neuf personnes, logique). Moi qui m’étais promis de ne pas débarquer dans une ville nouvelle seule et en pleine nuit !

Seule, je ne le suis jamais vraiment. Le taxi débordait des boubous colorés de six femmes qui m’ont prise en charge comme une enfant jusqu’à l’auberge.

De Saint-Louis je n’ai donc rien vu. Un pont illuminé. Une douce torpeur loin de l’agitation dakaroise. Et un cybercafé moite et, semble-t-il, très prisé des moustiques !