Cap vers le nord : Dakar – Saint-Louis

Lundi, octobre 26th, 2009

Gare routière Dakar

Parce qu’il faudra bien atteindre Niamey un jour, j’ai quitté Dakar ce matin, à contrecoeur. Je réalise que le voyage sera ponctué de petites morts. Des villes où l’on prend ses repères et qu’on ne reverra pas de sitôt. Des « au revoir, à bientôt » qui ne se réaliseront pas avant longtemps.

Mais déjà les faubourgs de Dakar laissent place à la terre rouge et sablonneuse piquée du vert des baobabs et la route défilent sous les roues du taxi « 7 places ».

Louga

Je me suis arrêtée à Louga, ville blanche posée sur le sable. Je n’en ai vu que quelques rues avant de m’engouffrer dans la pénombre rafraichissante du salon de Youssou Mbargane Mbaye, conseiller municipal, vice-président de l’Association des communicateurs traditionnels. Et griot, forcément.

Gare routière LougaAprès un long entretien, nouveau taxi 7 places. Direction Saint-Louis. Mais les passagers manquaient et il a fallu attendre une heure que la voiture soit pleine (soit neuf personnes, logique). Moi qui m’étais promis de ne pas débarquer dans une ville nouvelle seule et en pleine nuit !

Seule, je ne le suis jamais vraiment. Le taxi débordait des boubous colorés de six femmes qui m’ont prise en charge comme une enfant jusqu’à l’auberge.

De Saint-Louis je n’ai donc rien vu. Un pont illuminé. Une douce torpeur loin de l’agitation dakaroise. Et un cybercafé moite et, semble-t-il, très prisé des moustiques !

Jour de baptême chez les Diouf

Samedi, octobre 24th, 2009

Jour de baptême chez les Diouf

Mercredi, c’était la fête chez Ousmane Diouf et ses frères. On baptisait le nouveau né de la petite soeur de… non j’ai arrêté d’essayer de comprendre qui était qui. La notion de frère, ici, est extensible.

Dans l’étroite cour familiale, nous étions plus de quarante. Des enfants partout. Nous avions choisi de nous retrouver en fin d’après-midi pour profiter des heures tièdes de la journée mais en quelques minutes, nous étions tous en nage.

(suite…)

Doudou N’Diaye Rose (2/2) L’homme-tambour

Vendredi, octobre 23rd, 2009

Doudou N’Diaye a fait le tour du monde avec son sabar* et sa baguette. Il a joué avec des percussionnistes japonais et un bagad**breton. On lui a remis les clés de plusieurs villes françaises. Repéré par Josephine Baker. Auteur de l’hymne sénégalais. Higelin, Lavilliers, Youssou N’Dour l’ont accompagné. On lui attribue une quarantaine d’enfants. Les gens de Ouakam, quartier où il a vécu, en comptent bien plus !

Doudou N’Diaye a presque 80 ans et a vécu plusieurs vies. L’entretien fut trop court. Au bout de 50 minutes, la monstrueuse montre en or du « conseiller en communication » l’a dit : c’est fini,  Doudou a un rendez-vous. Forcément, quand on prend une heure pour manger et régler des conflits familiaux, ça empiète…(cf Doudou N’Diaye Rose (1/2)

Donc laissons les cent vies du Chef tambour major de Dakar de côté. Je vous laisse découvrir la voix du vieux maître : cliquez sur les phrases en caractères plus fins pour entendre la voix de Doudou.

(suite…)

Sur un air mandingue…

Jeudi, octobre 22nd, 2009

A la demande de Joseph : un extrait de kora joué par D.M. Cissokho. Je ne l’avais pas mis en ligne tout simplement parce que… je n’avais pas encore compris comment le faire ! Bonne soirée à tous.

Doudou N’Diaye Rose (1/2) Dans le salon d’un « Trésor humain vivant »

Jeudi, octobre 22nd, 2009

Doudou N'Diaye RoseJe ne pensais pas un jour déjeuner en compagnie d’un « Trésor humain vivant ». D’ailleurs je n’avais même pas osé imaginer qu’une telle distinction pouvait exister.
Hier pourtant, j’ai passé trois heures au domicile de Doudou N’Diaye Rose à Grand Dakar*. Plus précisément chez la plus jeune de ses quatre femmes. A 80 ans, le petit homme partage son temps entre ses épouses. Deux jours à chaque fois. « Je suis comme un ballon de football qu’elles se renvoient. »

Des portraits et des interviews du Grand tambour major sénégalais, il y en a eu beaucoup. Cinquante ans de carrière tout de même ! Alors avant d’en ajouter à la liste, venez passer une après-midi dans son salon. (suite…)