Veillée chez les Sy, griots peuls

Jeudi, novembre 5th, 2009

Abdourahmani SySous un auvent de paille, face à la gare routière de Dagana, j’ai été frappée par la longueur des bras et des jambes d’Abdourahmani Sy, fils de griots peuls.
Immenses. Presque effrayants au regard de sa bouille d’enfant. Et pourtant, il a déjà trente ans. On dit que le temps ne compte pas en Afrique. C’est peut-être pour cela que les hommes ne semblent pas vieillir. Abdourahmani aurait pu me dire « j’ai 17 ans », je l’aurais cru.

Lui, le fils de Madani Thiam  Sy et de Nbeye Thiam, est fier d’être un Bambado : un griot peul.
(suite…)

Neuf heures de bosses et puis Matam !

Mercredi, novembre 4th, 2009

MatamQuand, à la gare routière de Dagana, on m’a annoncé un trajet de sept heures pour rejoindre Matam, cela m’a paru un peu excessif pour près de 300 km. « Tu es sûr? » j’ai dit. « Quoi ! Tu demandes combien de temps et après tu demandes si je suis sûr ? » m’a répondu le jeune homme, vexé.

Punie. Neuf heures plus tard, les vertèbres un peu tassées, je suis arrivée à Matam. En mini-bus, en taxi collectif, en bus, puis de nouveau en taxi. Pour éviter les cratères sur la route, les chauffeurs zigzaguaient d’un bas-côté à l’autre, faisant pencher leurs véhicules à toute vitesse. Et moi, petite souris coincée dans un recoin, je serrais les fesses en cadence, la droite, la gauche, la droite, la gauche…

(suite…)

Il était une fois…

Mardi, novembre 3rd, 2009

Iba Gueye

Poursuivons dans la série Contes avec ceux recueillis auprès des enfants de l’école Sada Maka Sy de Tambacounda, quartier Dépôt (merci à Matthieu et Eric).

Je suis très heureuse de pouvoir les mettre en ligne pour deux raisons. D’abord parce que j’aurais adoré me rendre à Tambacounda mais le temps presse et un avion important atterri bientôt à Bamako !

Heureuse aussi parce que publier ici des contes envoyés par d’autres, c’est ma petite contribution au beau projet d’Iba Gueye.  Souvenez-vous d’Iba Gueye, le conteur de Saint-Louis qui donnait la parole aux enfants.

(suite…)

Causerie nocturne (2) avec Adama et Samba

Lundi, novembre 2nd, 2009

Décidément, les langues se délient quand vient la nuit. L’arbre à palabres est un mirage. Du moment que l’on peut s’asseoir et prendre le temps, il y a tant de choses à raconter. Mais il faut accepter de ne rien « garder », de ne rien « prendre ».  Ni photo, ni enregistrement. C’est ce dernier point qui me torture le plus. Sans les « r » qui roulent sur la langue, sans les « tu as vu », les « bon » caractéristiques, sans les intonations épiques et les fausses colères rhétoriques, nos conversations perdent un peu de leur saveur.  En racontant ces échanges tardifs sur ce blog, je trahis d’ailleurs un peu mes interlocuteurs.

Ce soir, dans la cour de la maison de Leïla, mes professeurs s’appellent Adama et Samba.

(suite…)

Route vers l’est : Saint Louis, Richard Toll et Dagana

Vendredi, octobre 30th, 2009

Vendeur ambulant à Richard Toll

Adieu Saint Louis. Cap vers l’est, le long du fleuve avec en ligne de mire : le Mali. Sur la carte : Richard Toll, Dagana, Podor, Matam, Bakel. Des noms qui ne veulent encore rien dire. A coups de joues gonflées et d’yeux qui roulent, on m’y a prédit une chaleur étouffante, des routes meurtries et épuisantes. Allons donc voir.

(suite…)